Le « Wood Wild Web » ou Comment les arbres communiquent entre eux !

 

Oui les arbres communiquent entre eux. Et ils le font à travers le Réseaux mycorhiziens (Mycellium)

ullam dictum felis eu pede mollis pretium. Integer tincidunt. Cras dapibus. Vivamus elementum semper nisi. Aenean vulputate eleifend tellus. Aenean leo ligula, porttitor eu, consequat vitae, eleifend ac, enim. Aliquam lorem ante, dapibus in, viverra quis, feugiat a, tellus.

 

Certains chercheurs affirment même que les arbres aussi auraient des battements de coeur. Ceux qui le pensent, ce sont des chercheurs Danois qui ont découvert que les arbres avaient un comportement nocturne assimilable à des "pulsasions cardiaques" !forest roots photo

Ce "pouls" battrait à raison d'une ou deux pulsations toutes les 2 ou 3 heures ..... mais ... tout de même  ... 2 ou 3 heurs après lesquelles la pression de l'eau changerait afin de faire circuler l'eau at l'amener à remonter des racines vers les feuilles.

Peter Wohlleben, dans son livre « la vie secrète des arbres », pose la question du comportement social des arbres, de la fçon dont ils fonctionnent sur le mode du partage et de la collaboration (partage de nourriture, entraide entre espèces différentes ou même concurrentes) ...

Pour aller + loin :

 

Voir également le documentaire de France2 d'Envoyé Spécial du 26/10/2017 sur "Le Secret des arbres".

 

La Sylvothérapie :

Ce sentiment est créé par les phytoncides.

Les phytoncides sont réputés avoir un rôle positif sur la santé humaine, notamment lorsque produits par les pins maritimes, les peuplements d'eucalyptus et forêts méditerranéennes claires enrichies en labiées et espèces odorantes de la strate herbacée (garrigues à romarin, thym, maquis avec myrte, lavande, etc.).

Désormais ces phytoncides, qui sont des essences végétales, sont considérés comme des huiles essentielles émises par les arbres pour se protéger et leurs propriétés bactéricides et fongicides sont confirmées, ce qu'avait déjà montré, dans l'ex-URSS, Vlaskov (V.H) avec des environnements de pin, mélèze, sapin, bouleau ou peuplier présentant une efficacité très différente pour détruire des souches de mycobactéries et d'Escherichia coli, expériences réalisées en mai et juin 1967, citées par Georges Plaisance1 qui cite également un article en langue russe de V. Protopopov datant de cette même année 19672.

Ils stimuleraient l'activité des lymphocytes NK3